Avertissement !

Cette partie n'a aucun lien avec le site racine.

Le serveur a été prêté gratuitement et sans contrepartie (i.e: ni publicité, ni rémunération) par son propriétaire afin de promouvoir un internet libre, non bridé, non mercantile, y compris pour des informations sensibles.

Vous pouvez copier tout ou partie du contenu (n'oubliez cependant pas de citer vos sources).

Vous pouvez aussi nous encourager en faisant un don en logo bitcoin à 17wVJUDxsNWx6pNZCT9HATKwaJjfFxBwYn ou bien

Le coït chez la femme

Guide illustré de la sexualité féminine (par Prolix)

Sommaire

Première partie : généralités

La confiance

Préliminaires

Excitation

Les seins

Les parties génitales

L'enveloppe corporelle

Phase plateau

Les seins

Le vagin

L'utérus

Le clitoris

Les petites lèvres

Les grandes lèvres

Orgasme

Résolution

Plaisir féminin et taille du pénis

Vaste sujet ! Il a été dit beaucoup de choses à propos de la sexualité de l'homme et de la femme. Beaucoup de vrai et aussi beaucoup de faux. De plus en plus, avec la diffusion des films pornographiques, la perception de la sexualité – tant pour l'homme que la femme – a été modifiée.

On peut croire à tort que l'un comme l'autre arriveront obligatoirement au coït et au plaisir.

Pour l'homme, on s'imagine qu'il ne lui faut que de la stimulation sexuelle pour y arriver. Mais même là, si c'est souvent suffisant, ce n'est pas aussi simple.

Première partie : généralités

Chez la femme, un coït normal (Masters et Johnson) se déroulera en quatre phases :

  1. excitation

  2. phase plateau

  3. orgasme

  4. résolution

graphique de l'excitation sexuelle féminine
Les quatre phases d'excitation chez la femme (licence : Creative Commons by-nc-sa, Prolix). En pointillé : les orgasmes successifs.

La confiance

Pour la femme, la dimension psychologique est encore plus grande.

Il faut à la femme, bien entendu, de nombreuses caresses et attention sur l'instant, pour arriver à l'état d'excitation suffisant. Mais la dimension va bien plus loin. Pour qu'une femme s'épanouisse pleinement dans sa relation, elle doit être confiante dans sa vie quotidienne. Un compagnon attentif n'est pas seulement un homme qui saura la caresser, mais aussi aller chercher les enfants à l'école, s'occuper de la cuisine ou du ménage, tant de petits gestes qui aident la femmes à son épanouissement sexuel.

Préliminaires

Tout le monde le dit, tout le monde le sait, les préliminaires sont très importants, tant pour l'homme que pour la femme, même si la femme en a en général plus besoin physiologiquement, les hommes ne sont pas contre non plus.

Durant les préliminaires, le corps de la femme répond à des stimuli et se prépare à recevoir l'homme dans les meilleures conditions et pour le meilleur coït possible. Il est donc nécessaire de ne pas sauter cette étape. Il faut environ 10 minutes pour que le corps de la femme puisse réaliser toutes les transformations nécessaires à cet acte.

Pour faire simple, les préliminaires comprennent tout acte sensuel ou sexuel qui n'impose pas de pénétration... même si certains incluent dans les préliminaires des jeux avec des objets, des doigts, la bouche ou la langue. Ils peuvent aussi inclure l'ensemble des quatre phases. En effet, dans le cas de difficultés lors de la pénétration (dyspareunie, etc.), ou simplement par jeu, rien n'empêche d'avoir une activité sexuelle uniquement fondée sur les préliminaires, qu'elle soit en dehors ou incluse dans une thérapie.

Attention cependant : si la femme peut avoir des orgasmes multiples et enchaîner une relation sexuelle avec pénétration après des préliminaires avec orgasme, chez l'homme, la phase refractaire impose un temps de repos plus ou moins loin entre deux orgasmes et deux érections.

Excitation

L'excitation permet au corps de passer de l'état de repos à un état apte au coït.

Ainsi, l'excitation permet au vagin de gagner en taille et en volume afin de recevoir le pénis, ainsi qu'aux parties génitales périphériques de se mettre en condition.

Il faut plusieurs minutes pour que cette première phase s'effectue. Et c'est pour cela que les préliminaires sont longs chez la femme, comparés à l'homme.

Cette différence est due au fait (parmi d'autres) que le complexe clitoridien et du vagin représentent le double de volume à vasculariser, par rapport au pénis, pour arriver à un état d'excitation complet.

Les seins

Pendant l'excitation sexuelle, les seins réagissent aussi, on note une érection mamelonnaire au début de l'excitation sexuelle...

mamelon avant érection
Mamelon avant érection
mamelon en fin d'érection
Érection du mamelon sous l'effet de l'excitation (suite)
érection des mamelons durant le coït
Érection des mamelons sous l'effet de l'excitation (autre angle)

accompagnée d'une augmentation progressive de la taille globale des seins.

schéma - gonflement du sein durant l'excitation
Le gonflement du sein durant l'excitation chez la femme zoom

Les seins volumineux augmentent plus de taille pendant l'excitation sexuelle que les petits seins.

Masters & Johnson ont décrit également une vasocongestion dans le secteur génital, une sorte de rougeur qui couvre la peau des seins et de la partie supérieure de l'abdomen. Ces changements de coloration cutanée peuvent devenir de plus en plus prononcés. Certains couples préfèrent l'acte sexuel en laissant les lumières allumées afin de partager la vue de ses réactions sexuelles.

Illustrations requises

Bien que décrites et documentées, ces modifications sont rarement mises en évidence. Si quelqu'un avait des photographies (avant/après dans les mêmes conditions) ou des vidéos pour enrichir l'article, ces éléments seraient les bienvenus.

Les protocoles de contribution sont décrits ici.

Les parties génitales

schéma - modifications du sexe féminin durant l'excitation
Modifications du sexe féminin durant l'excitation zoom

Tous les modifications entraînées par l'excitation nécessitent un afflux de sang. La première des réactions est donc celle du système cardio-vasculaire : augmentation du rythme cardiaque et de la pression artérielle, entraînant l’accumulation du sang dans les vaisseaux du vagin, du clitoris de la partie inférieure du bassin ce qui explique le rougissement et la coloration foncée des tissus.

A partir de là, l'ensemble des organes sexuels sont modifiés.

Normalement, si l'excitation se passe correctement, le sexe féminin passe de ça :

schéma - sexe femme avant excitation
Schéma du sexe féminin avant excitation

à ça :

schéma - sexe femme après excitation
Schéma du sexe féminin après excitation

Ça, c'est la théorie, un peu exagérée et enjolivée. En réalité, les modifications sont nettement moins visibles, et peuvent varier d'une femme à l'autre. La vulve passe de ça :

photo - sexe femme avant excitation
Sexe féminin avant excitation (au repos) zoom
Votre navigateur ne prend pas en charge le HTML5

à ça :

photo - sexe femme après excitation
Sexe féminin après excitation zoom: le clitoris augmente de taille (longueur et largeur) et apparaît sous le capuchon...
Votre navigateur ne prend pas en charge le HTML5

Les grandes lèvres s'épaississent, le clitoris prend du volume (mais ne dépasse pas forcément du capuchon).

En effet, la vasodilatation de la peau entraîne une sensation de chaleur, l’augmentation du flux sanguin dans la zone génitale conduit à une congestion génitale.

Les grandes lèvres

Les grandes lèvres se gonflent de sang. Elles deviennent plus plates et s'écartent l'une de l'autre.

Illustrations requises

Bien que décrites et documentées, ces modifications sont rarement mises en évidence. Si quelqu'un avait des photographies (avant/après dans les mêmes conditions) ou des vidéos pour enrichir l'article, ces éléments seraient les bienvenus.

Les protocoles de contribution sont décrits ici.

Les petites lèvres

Elles se gonflent de sang et augmentent de taille et d'épaisseur. Elles deviennent plus sombres.

schéma - Modifications des petites lèvres suivant l'état d'excitation
Modifications des petites lèvres suivant l'état d'excitation

Illustrations requises

Bien que décrites et documentées, ces modifications sont rarement mises en évidence. Si quelqu'un avait des photographies (avant/après dans les mêmes conditions) ou des vidéos pour enrichir l'article, ces éléments seraient les bienvenus.

Les protocoles de contribution sont décrits ici.

Le clitoris

Le clitoris augmente de taille. La tête du clitoris devient plus large, le clitoris s'allonge et augmente de volume. En cas d'excitation continue, la tête du clitoris se prolonge au-delà du prépuce (apparaît), devient plus exposée, et plus sensible au contact.

L'érection du clitoris est de plus en plus forte, et son gland se déplace vers la symphyse pubienne, restant dissimulé par le prépuce au début de l'excitation mais en deuxième temps, apparaît et disparaît à travers le prépuce en cas d'excitation continue.

Illustrations requises

Bien que décrites et documentées, ces modifications sont rarement mises en évidence. Si quelqu'un avait des photographies (avant/après dans les mêmes conditions) ou des vidéos pour enrichir l'article, ces éléments seraient les bienvenus.

Les protocoles de contribution sont décrits ici.

Le vagin

Le vagin se dilate dans sa longueur (notamment les 2/3 inférieurs). Sa longueur (moyenne) passe de 8 à 12 centimètres.

Remarque

Le vagin ne faisant que 12 cm de long, il n'est nul besoin de posséder un pénis hors norme pour remplir pleinement sa fonction. Les femmes préfèreront toutefois un pénis large qui permet de mieux stimuler les parois du vagin et procurer par cela du plaisir.

L'utérus bascule dans l'axe du vagin.

Le vagin se lubrifie. Cette lubrification commence dans les 10 à 30 secondes après le début de l'excitation. Une femme de 20 ans a besoin de 15 secondes pour lubrifier complètement son vagin, ménopausée, il lui faudra 3 à 4 minutes.

Le lubrifiant est en général un liquide transparent, de la consistance du blanc d'oeuf. Le vagin n'ayant pas de glandes destinées à sa lubrification, celle-ci se fait par une exfiltration de plasma au travers des parois grâce à l'engorgement vasculaire, à laquelle vient s'ajouter un liquide sécrété par les glandes de Bartholin situées légèrement en dessous, à gauche et à droite de l'orifice vaginal afin de participer plus spécifiquement à la pénétration (et au maintient d'une humidité naturelle en temps normal).

photo lubrifiant vagin
Le lubrifiant est en général un liquide transparent, de la consistance du blanc d'oeuf.

Lorsque le vagin est bien lubrifié, la lubrification est visible au niveau de la vulve (le liquide tend à couler en dehors du vagin).

photo lubrifiant vagin
la lubrification est visible au niveau de la vulve (le liquide tend à couler en dehors du vagin)
Votre navigateur ne prend pas en charge le HTML5

Et une extême excitation peut aller jusqu'à lubrifier l'extérieur de la vulve. Cette lubrification peut parfois se montrer impressionnante, sans toutefois être anormale.

Le 1/3 supérieur (entrée) du vagin se dilate. Accompagnée de la lubrification, cette dilatation permet une pénétration plus aisée.

Remarque

Une trop grande lubrification diminue fortement la stimulation du pénis lors du coït, ce qui peut diminuer le plaisir des partenaires. Il convient donc de gérer habilement les positions et la lubrification pour maîtriser la qualité de la relation. Cette lubrification accompagnée des positions adéquates peut servir à prolonger la durée du coït.

L'enveloppe corporelle

Souvent un organe oublié, l'enveloppe corporelle (la peau) joue un rôle essentiel dans le plaisir et la sexualité. Sous l'effet de l'excitation, elle devient beaucoup plus sensible, notamment aux parties qui sont en contact avec le partenaire. Des caresses qui sont en temps normal sans effet deviennent efficaces et, a contrario, certaines caresses sur des parties du corps sensibilisé peuvent devenir désagréables (en fonction des personnes). La communication est primordiale afin de déterminer quelles sont les parties à caresser ou pas.

L'enveloppe corporelle participant entièrement au plaisir, il est donc conseillé de choisir des positions avec le plus de contact possible.

phase plateau

La phase plateau permet au corps de se préparer à l'orgasme, à la fois de la personne elle-même comme à celui du partenaire.

schéma - modifications du sexe féminin durant le plateau
Modifications du sexe féminin durant le plateau zoom

La phase plateau est dénommée ainsi car d'un point de vue purement sexuel, le plaisir augmente peu ou pas. En revanche, les modifications physiologiques se poursuivent.

De façon générale, la phase de plateau représente un état intensifié de la phase de l’excitation. La plupart des femmes sont à ce stade conscientes de leur désir, et savent détecter le passage de cette phase à la prochaine étape (orgasme).

photo - vulve pendant la phase plateau
Vulve durant la phase plateauzoom
Votre navigateur ne prend pas en charge le HTML5

Les seins

L'aréole des seins gonfle sensiblement pendant la phase de plateau en suivant l’érection qui s’est produite pendant la phase d'excitation. La base de chaque mamelon est cachée par cette augmentation de la taille de l'aréole.

La vasocongestion des seins provoquent un agrandissement dans la taille globale des seins. Cet agrandissement se produit plus chez les femmes qui ont allaité. Dans ce cas le sein peut augmenter plus de 25% de sa taille. (Masters et Johnson, 1966, page 29).

schéma - gonflement du sein durant le plateau
Le gonflement du sein durant le plateau chez la femme zoom

Le vagin

Le changement physiologique le plus important pendant la phase de plateau se produit dans le tiers externe du vagin. Masters et Johnson décrivent une vasocongestion fortement localisée qui crée un rétrécissement significatif à l'ouverture du vagin ce qui fait diminuer de taille l'orifice vaginal d'environ 30%. Ceci va rétrécir l’entrée du vagin ajustant ainsi l’ouverture du vagin à la largeur du pénis augmentant la stimulation tactile et le plaisir de la femme et de l’homme. Cette rétraction est nommée plate-forme orgasmique. Si la femme n'a pas d'orgasme, cette congestion du vagin peut se prolonger 20-30 minutes.

Cette adaptation permet de préparer l'orgasme et notamment l'éjaculation. La semence ne devra pas être perdue afin de favoriser au mieux la fécondation.

Les deux-tiers intérieurs du vagin deviennent plus larges et plus profonds pour créer une petite piscine dans laquelle le sperme serait déposé.

L'utérus

Durant la phase de plateau, l'utérus perd une partie de l'altitude qu’il avait gagnée pendant la phase d'excitation. Cette perte d'altitude le conduit à modifier son axe jusqu'à être dans l'axe du vagin.

Le clitoris

L’aspect le plus caractéristique de la phase de plateau chez les femmes implique une légère rétraction du clitoris et du gland sous son capuchon. L'ampleur de rétraction clitoridienne peut dépendre de la nature et de la durée de la stimulation sexuelle.

Cette rétractation s'explique par le fait qu'au moment de l'orgasme, le clitoris devenant très sensible, une trop forte stimulation pourrait être désagréable et contre-productive. La femme n'ayant pas de point de non retour, le résultat de cette sensation désagréable serait une interruption pure et simple de l'orgasme.

Remarque

Masters & Johnson ont noté que sous l'action des caresses des seins, les changements clitoridiens se produisent tardivement. En revanche, avec une pression et caresses sur le mont vénus, la rétraction clitoridienne se produit plus tôt.

Illustrations requises

Bien que décrites et documentées, ces modifications sont rarement mises en évidence. Si quelqu'un avait des photographies (avant/après dans les mêmes conditions) ou des vidéos pour enrichir l'article, ces éléments seraient les bienvenus.

Les petites lèvres

Les petites lèvres changent de couleurs, de taille et d'épaisseur. Elles deviennent plus sensibles à la stimulation.

Les petites lèvres augmentent considérablement, environ 2 à 3 fois en volume : béantes, elles affichent l'ouverture vaginale. Tumescentes, elles changent considérablement de teinte colorée, allant du rose au rouge chez les femmes qui n'ont pas eu la charge d'un enfant (nullipares), ou au rouge (très) vif (couleur vin) chez celles qui ont eu un enfant (multipares).

Les grandes lèvres

Elles participent à la contraction musculaire pendant l'excitation et durant l'orgasme chez les femmes nullipares. Chez les femmes multipares qui développent un réseau vasculaire plus étendu, les grandes lèvres peuvent augmenter dans ce cas de 2 à 3 fois de volume sous l'effet de la vaso-congestion.

Illustrations requises

Bien que décrites et documentées, ces modifications sont rarement mises en évidence. Si quelqu'un avait des photographies (avant/après dans les mêmes conditions) ou des vidéos pour enrichir l'article, ces éléments seraient les bienvenus.

L'orgasme

schéma - modifications du sexe féminin durant l'orgasme
Modifications du sexe féminin durant l'orgasme zoom

L'orgasme est un acte réflexe, qui survient à la suite d'une stimulation suffisante et se traduit d'une part par une sensation de plaisir intense, d'autre part par une série de contractions rythmiques de la région interne du premier tiers du vagin, de l'utérus et de la région anale.

Contractions musculaires dues à un orgasme
Votre navigateur ne prend pas en charge le HTML5
Informations

Tags : vagin orgasme

Durant l'orgasme, sous l'effet des contractions, le col de l'utérus bascule dans la piscine afin de tremper dans le sperme déposé et de faciliter ainsi la remontée des spenmatozoïdes dans l'utérus.

Contractions musculaires de l'utérus au moment de l'orgasme : le col de l'utérus trempe dans la piscine
Votre navigateur ne prend pas en charge le HTML5
Informations

Tags : vagin col de l'utérus orgasme

Immédiatement avant l'orgasme, le clitoris devient exceptionnellement engorgé, ce qui fait disparaître le gland sous le prépuce clitoridien tumescent.

photo - vulve avant l'orgasme
Vulve juste avant l'orgasme zoom
Votre navigateur ne prend pas en charge le HTML5
Informations

Tags : vagin orgasme

Des contractions musculaires rythmiques et involontaires se produisent dans le tiers externe du vagin, ainsi que dans l'utérus et autour de l'anus. Il s'en produit d'abord une environ toutes les 0,8 secondes, puis elles deviennent moins intenses et plus espacées aléatoirement tant que l'orgasme continue. En fonction de son intensité, un orgasme peut avoir aussi peu qu'une contraction ou avoir plus de quinze contractions (dit aussi orgasmes répétés). Il peut aussi être accompagné chez 40% des femmes d'une éjaculation féminine.

Remarque

Il est à noter qu'au moment de l'orgasme, chez l'homme comme chez la femme, le corps est insensible à la douleur durant quelques secondes.

Au moment de l'orgasme, la femme peut avoir la tête qui tourne voire perdre légèrement connaissante - ce qui reste assez rare. Ce n'est pas le plaisir qui lui fait perdre la tête mais l'hyperventilation, notamment si elle respire profondément sous l'effet du plaisir. On peut retrouver aussi cette perte de connaissance lors de l'accouchement.

Immédiatement après l'orgasme, le clitoris peut être tellement sensible que toute stimulation en est inconfortable, notamment si l'orgasme provient de la stimulation du clitoris.

Cette sensibilité nécessite un repos.

Chez certaines femmes, l'excitation et encore plus l'orgasme font apparaître des rougeurs au niveau du visage, de la poitrine ou du bassin. Cela provient des modifications physiologiques du systèmes cardiovasculaire, comme c'est le cas dans toute la région des organes génitaux.

Rougeur au niveau du visage au moment de l'orgasme
Rougeur au niveau du visage, poitrine et épaules au moment de l'orgasme

Remarque

La rougeur n'est pas un indice significatif pour déterminer si une femme à un orgasme ou pas - et encore moins sa puissance - même chez une femme à la peau pâle.

Cependant, certains observateurs ont noté qu'une femme qui crie durant l'orgasme rougirait plus qu'une femme silencieuse.

La question en suspens est donc : la rougeur vient-elle du fait de jouir ou de gémir ?

Après tout, le fait de crier ou juste de retenir sa respiration fait rougir le visage. Est-ce l'effort, le cri ou l'hyperventilation qui en resulte qui aurait une influence quelconque sur l'intensité du rougissement ?

Juste après l’orgasme, une sensation de vide et de détente physique, mentale et émotionnelle apparaît. Ce moment est très important dans la sensation fusionnelle qui apparaît à ce moment-là avec l’autre.

Lors d’une relation sexuelle, l’orgasme n’est pas systématique. Chez la femme, l'orgasme n'est pas lié à la qualité du rapport sexuel. Pour connaître la satisfaction sexuelle d'une femme après un coït il ne faut donc ni se fier à la puissance de ses gémissements pendant l'acte ni au fait qu'elle ait eu ou non un orgasme.

Cependant, la force d'un orgasme féminin peut être renforcé en améliorant le tonus des muscles incriminés. Pour les renforcer, il existe de nombreux exercices, dont les plus connus sont les exercices de Kegel.

Orgasme et ocytocine

Chez la femme, l'orgasme produit une grande quantité d'ocytocine, hormone impliquée dans de nombreux processus sexuels et sociaux, comme l'accouchement, la diminution du stress et l'attachement (mère-enfant, homme-femme, etc.).

Il convient donc de remarquer qu'une femme sexuellement satisfaite s'attachera donc durablement à son partenaire. Cet état de fait est souvent résumé par l'expression le sexe est le ciment du couple.

Cet effet n'est pas anormal puisque l'orgasme facilite la fécondation. Le but premier de la sexualité étant la reproduction, une femme a tout intérêt à rester avec un partenaire offrant toutes les chances d'avoir une descendance.

L'éjaculation féminine

Lors de l'orgasme, certaine femmes émettent un liquide. Ce phénomène est appelé éjaculation féminine. Et les femmes qui émettent ce liquide en quantité suffisante pour qu'il soit aperçu sont couramment appelées des femmes fontaines. La quantité de liquide est plus ou moins important en fonction des femmes, de leur excitation, de la durée de l'excitation avant d'atteindre l'orgasme, etc.

Ce liquide est expulsé par deux petits orifices situés près du méat urinaire. Il n'est pas de l'urine. Il ne provient pas de la vessie mais d'un réseau diffus de glandes de Skene (aussi appelée de façon plus générique : glandes para-urétrales) situées autour de l'urètre, et plus particulièrement entre le vagin et l'urètre.

Le glandes de Skene ou para-urétrales
Informations

Source : www.urofrance.org

Tags : éjaculation féminine anatomie

La quantité de liquide émis durant varie d'une femme à l'autre. En revanche, des études récentes ont permis de démontrer que la quasi-totalité des femmes émettent ce liquide. Il ne s'agit donc pas d'un phénomène rare. Cependant, si la quantité reste faible, il passe inaperçu.

Pourquoi l'orgasme féminin tarde-t-il à venir ?

Chez la femme, la durée de stimulation pour atteindre l'orgasme est particulièremnt long (10, 15, 20, voire 30 minutes) par rapport à l'homme (quelques dizaines de secondes voire quelques minutes).

Cette dissymétrie est souvent source d'incompréhension (de l'homme) et d'insatisfaction (de la femme).

Chez la femme, l'orgasme sert à augmenter les chances de fécondation. Et cet orgasme n'a pas toujours été aussi difficile à atteindre. En effet, l'homme et la femme descendent du singe. Si le proto-humain était un éjaculateur précoce afin de s'exposer le moins possible aux dangers (les prédateurs notamment), la femelle n'était pas en reste. La reproduction ne pouvait s'effectuer qu'à certaines périodes (comme c'est le cas encore pour la plupart des animaux) et à ce moment-là, sa vulve était déjà protubérante, c'est-à-dire déjà gonflée, afin d'arriver en état d'excitation plus rapidement et, donc, plus rapidement à l'orgasme.

Seulement voilà : en se redressant et en prenant une position verticale, la vulve se retrouve entre les jambes et n'a plus la place de gonfler. De plus, l’œstrus disparaît chez l'humain. La femme doit donc effectuer un travail d'excitation complet à un moment non prévisible par la nature. Alors que l'homme a gardé sa rapidité éjaculatoire, la phase d'excitation de la femme s'est allongée par un compromis de l'évolution.

La résolution

schéma - modifications du sexe féminin durant la résolution
Modifications du sexe féminin durant la résolution zoom

Si les stimulations sexuelles s'interrompent, la résolution se caractérise par une intumescence des vaisseaux sanguins au niveau des structures externes et internes : l'afflux de sang commence à se dissiper, bien qu'à un rythme beaucoup plus lent si l'orgasme n'a pas eu lieu.

Les organes génitaux se replient dans leur emplacement initial : le clitoris se rétracte sous son prépuce ; le vagin et l'ouverture vaginale retournent à leur état normal et détendu. Le reste de la vulve, grandes et petites lèvres reviennent en position, couleur et taille normale.

schéma - volume du sein, retour à la normale
Retour à la normale zoom

Dans le cas où les stimulations sexuelles ne s'interrompent pas, immédiatement après l'orgasme, il y a un retour à une phase plateau (de courte durée) puis d'un orgasme, etc.

Plaisir féminin et taille du pénis

Les hommes s'inquiètent toujours de savoir si leur pénis est assez grand pour donner du plaisir à une femme.

Les spécialistes s'accordent à dire que la taille importe peu puisque le vagin est innervé sur le premier tiers inférieur (entrée) et cela est suffisant pour avoir du plaisir.

C'est à la fois vrai et faux.

Vrai car le vagin est effectivement innervé fortement à l'entrée. Un petit pénis peu donc suffire à donner du plaisir.

Faux parce que le vagin est aussi innervé au fond, notamment au niveau du col de l'utérus. Et un pénis suffisamment long peu stimuler cette zone et donner un plaisir intense. Cependant, comme pour l'anus, la zone profonde nécessite un temps d'apprentissage afin de réagir à la stimulation.

En revanche, des à-coups puissants peuvent être douloureux s'ils ne sont pas maîtrisés.

[ ↑ ]